mercredi 22 mars 2017

Marie-Vison, Oeil de chat et vampires malicieuses. Quelques dessins d'Aquirax



On ne connait pas vraiment Aquirax Uno en France, excepté ses affiches pour Terayama. C’est pourtant l’un des plus délicats et personnels dessinateurs des années 60-70. On croise dans ses dessins des Twiggy japonaises élancées mais aux yeux toujours mélancoliques, des éphèbes au sexe transformé en fleurs, de suaves vampires et des jolies sorcières. 










Fausco Maraini, Femme ainou tatouée, 1956

Une image par jour #9


« Femme ainou, grosse moustache tatouée sur le visage. Cet usage a été interdit par le gouvernement japonais depuis longtemps ; il n’a été conservé que par de rares femmes âgées. (Villages de Nibutani, Hidaka, Hokkaido) »

Fausco Maraini, Le Japon ed. Arthaud, Paris 1959.

samedi 18 mars 2017

la guerre ressemble aux lettres qu’on brûle



Sur la machine d’Hayao, la guerre ressemble aux lettres qu’on brûle, et qui se déchirent elles-mêmes dans un liseré de feu. Le nom de code de Pearl Harbour était Tora, tora, tora : le nom de la chatte pour laquelle priait le couple de Go To Ku Ji. Ainsi, tout cela aura commencé par un nom de chatte prononcé trois fois.
Au large d’Okinawa, les kamikaze s’abattaient sur la flotte américaine. Ils deviendraient une légende. Ils s’y prêtaient mieux, évidemment, que les sections spéciales qui exposaient leurs prisonniers au gel de Mandchourie et ensuite à l’eau chaude, pour mesurer à quelle vitesse la chair se détache des os. Il faudrait lire leurs dernières lettres pour savoir que les kamikaze n’étaient pas tous volontaires, et que tous n’étaient pas des samouraïs fanatisés. Avant de boire sa dernière coupe de saké, Ryoji Uebara avait écrit :
" J’ai toujours pensé que le Japon devait vivre librement pour vivre éternellement.
Ça peut paraître idiot à dire aujourd’hui, sous un régime totalitaire... Nous autres, pilotes-kamikaze, nous sommes des machines, nous n’avons rien à dire, sinon supplier nos compatriotes de faire du Japon le grand pays de nos rêves. Dans l’avion je suis une machine, un bout de fer aimanté qui ira se fixer sur le porte-avions, mais une fois sur terre je suis un être humain, avec des sentiments et des passions... Pardonnez-moi ces pensées désordonnées. Je vous laisse une image mélancolique, mais au fond de moi je suis heureux. J’ai parlé franchement. Excusez-moi."  Chris Marker - Sans soleil (1982)



Urbangarde - Burning Love Letter (2016)
& Lip Democracy (2016)
Mamoru Oshii -Sky Crawlers (2008)
Chris Marker - Sans soleil (1982)














Chris Marker, Le Dépays, 1982

Une image par jour #5


Pour télécharger le Dépays cliquer ici